Livres

Les Aérostats : quand Amélie Nothomb nous fait redécouvrir la littérature

Pour cette troisième lecture de 2021, j’ai quitté le monde des thrillers et des polars pour rejoindre celui d’Amélie Nothomb avec Les Aérostats (Albin Michel, 2020). Livre qui marquait la rentrée littéraire de l’auteure Belge, il a aussi une résonance toute particulière dans le contexte actuel.

Amélie Nothomb et FranckThilliez sont les seul.e.s auteur.e.s que j’ai découvert lors de mes cours de français et que continué à lire après avoir quitté les bancs d’école. C’est certainement pour ça que j’ai tant apprécié Les Aérostats. Ce 29ème roman d’Amélie Nothomb raconte l’histoire d’Ange, une jeune étudiante en philologie de 19 ans qui n’a pas beaucoup d’amis et se sent invisible. Un jour, elle répond à une petite annonce et se retrouve employée chez les Roussaire. Sa mission : soigner la dyslexie de Pie, 16 ans, qui déteste le français et se vante de ne jamais avoir lu un livre de sa vie. Alors, Ange va-t-elle réussir à changer cela ?

Un style pas si décalé

Il n’a fallu que quelques lignes pour que j’adhère au roman. J’ai adoré avant même que le sujet de la littérature apparaisse tant l’écriture d’Amélie Nothomb est géniale. En quelques pages, on rencontre déjà des personnages absurdes, mais pas irréels, qui se retrouvent dans des situations pourtant banales mais qui semble ridicules, le tout écrit avec une poésie magique. Pour tout vous dire, après 2 pages, je riais déjà. Je trouve assez impressionnant la manière dont Amélie Nothomb crée des personnages dont on se dit « jamais quelqu’un parlerait ainsi dans la vraie vie » ou « personne ne fait les choses comme ça », des personnages qui semblent dans un autre monde et qui, en même temps, s’apparentent à de vraies personnes. Vous savez, ces moments où malgré le fait qu’on soit devant un sketch ou une parodie, par exemple, on se dit « mais c’est tellement vrai ! ».

Et puis, n’oublions pas que le personnage d’Ange et Amélie Nothomb ne font presque qu’un. En effet, il y a de nombreux éléments biographiques sur la jeunesse de l’auteure dans lesquels, à mon avis, plus d’une personne se reconnaîtra. La frontière entre absurdité et réalité des personnages est donc très fine !

Les livres imposés vs. les livres qui nous intéressent

Mais il n’y a pas que pour le style particulier d’Amélie Nothomb que j’ai adoré Les Aérostats. Ce qui m’a captivée, c’est la discussion sur la littérature.

« Ces derniers temps, dans les médias, on signalait une épidémie de dyslexie. Il me sembla en détenir l’explication. Nous vivions une époque ridicule où imposer à un jeune de lire un roman en entier était vu comme contraire aux droits de l’homme. » (p.44)

J’ai toujours aimé lire, mais, on ne va pas se mentir, même si on aime lire, on a tou.te.s, au moins une fois, été saoulé.e.s de lire un livre pour les cours. Je ne crois pas que ce soit juste le contenu du livre, aussi ringard qu’il puisse paraître, qui transforme la lecture un fardeau mais plutôt le fait que ce soit obligatoire. Mais, en même temps, « [comment] pouvait-on enseigner la lecture à quelqu’un autrement qu’en lisant ? » (p.44). Telle est la question !

Vient alors une remarque de Pie très intéressante. En effet, il précise bien que, lire de la documentation sur les armes (pour lesquelles il se passionne), ce n’est pas du tout la même chose qu’un roman imposé au lycée. La différence : la documentation sur les armes l’intéresse. C’est finalement ça que raconte ce bouquin. Il faut, pour chaque personne, trouver la bonne porte vers le monde de la littérature. Il y aura toujours celles.ceux qui, par nature, liront tout et n’importe quoi par amour des mots, et il y en a d’autres pour qui il suffit de trouver l’auteur, le genre ou le style particulier. D’ailleurs, Ange commencer par faire lire L’Illiade à Pie puisque c’est un récit de guerre pour virer ensuite sur des romans comme Le Bal du comte d’Orgel.

Comme le disait Amélie Nothomb dans une interview, la lecture est vue, pour une raison mystérieuse, comme un truc de vieux. Rajoutez à ça le mythe qui affirme qu’on ne lit jamais rien d’intéressant en cours et là, c’est la catastrophe ! Pourtant, il y a parfois des profs qui, comme Ange, vous proposent quelque chose de différent, hors des classiques, et ça change tout. C’est ce qui m’est arrivé quand, entre Madame Bovary et La Beauté sur la Terre, on a étudié Puzzle de Franck Thilliez et Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb. Certes, je n’avais pas besoin qu’on me fasse aimer la lecture, mais j’ai néanmoins changé ma vision sur les livres étudiés en cours. J’ai en effet réalisé que la lecture, ce n’était pas seulement lire des mots, mais aussi tout ce qu’il y a autour. Au final, même si je n’ai jamais pu lire Madame Bovary en entier ou si je n’ai pas été sensible à la plume de Chateaubriand, j’adorai les discussions qu’on avait en classe, les débats, les analyses de passages, etc. Et dans Les Aérostats, le débat sur le fait de lire laisse très vite la place au débat sur le contenu des romans, pour le plus grand plaisir des lecteur.trice.s !

Littérature et confinement

Cet accompagnement qu’offre Ange à Pie dans sa découverte de la littérature me semble, de plus, tellement pertinent dans la période actuelle. Amélie Nothomb avait certainement commencé l’écriture des Aérostats avant le début de la pandémie mais sa sortie en août 2020 tombait à pic. En effet, plein de gens, moi la première, ont eu plus de temps et en ont profité pour augmenter leur temps de lecture ou ont recommencé à lire et donc, ont redécouvert le monde de la littérature. C’est d’autant plus frappant que Pie est lui-même confiné en quelque sorte puisque son père tyrannique l’observe quasi constamment et ne l’autorise pas vraiment à sortir…

Les Aérostats est donc un excellent moyen de se reconnecter à la lecture. Il vous donnera peut-être même envie de vous (re)plonger dans les classiques. En tout cas, dans cette période stressante, je vous assure que c’est est un shot de poésie, de rire, d’absurde et de littérature qui fait du bien au m

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s